Catherine Griot, un retour aux saveurs d'antan
Accueil / Tourisme/Sortir/Rdv à ne pas manquer/Catherine Griot, un retour aux saveurs d’antan

CATHERINE GRIOT, UN RETOUR AUX SAVEURS D’ANTAN …

Envie de consommer local, d’avoir la promesse d’une #rencontre sincère, de vous oxygéner dans les Monts du Forez ?

Faites comme moi, prenez votre voiture en début de matinée direction de Sauvain (à 30 minutes de Montbrison). Partez à la rencontre de Catherine Griot, productrice de Fourme de Montbrison depuis 2012, qui a installé son atelier (au cœur de son habitation) au lieu-dit Les Aubépines. Me voilà à Sauvain, un mercredi, aux environs de 10h.

Je rencontre Catherine en plein travail, vêtue de son tablier blanc et de sa charlotte en train de mouler ses fourmes. Une odeur de lait embaume la pièce, mon odorat est en éveil … J’ai hâte d’en savoir plus sur cette fameuse fourme.

UNE PRODUCTION BIO, COMME UNE EVIDENCE …

IMG_4298 (2)

Catherine me reçoit en toute simplicité pour me parler de ses racines sauvagnardes (avec beaucoup de fierté) et de son parcours atypique. On peut dire que Catherine est une enfant du pays. Elle est la petite fille de Jean-Marie Tarit, originaire de Sauvain, et qui déjà dans les années 1920, produisait de la fourme de Montbrison commercialisées sous la marque « Tarit ». Suite à son mariage, elle a débuté une activité agricole sur la commune de St-Just-en-Bas où elle fabriquait déjà des fourmes (sans appellation) qu’elle affinait dans les caves familiales à Sauvain. Ces fameuses caves ayant marquées son enfance « quand j’étais gamine, j’allais aider à plier les fourmes le lundi avant de les envoyer à St Etienne. Il faisait humide et froid dans la cave, mais quelle bonne odeur en entrant ».

Sauvain - fromagerie la Griotte - crédit photo NC (4)

Caves à fourme naturelles familiales

A cette époque, le travail du couple avait déjà été reconnu au-delà de la commune … Ils ont été démarché par M Albert Chazal (originaire de St Just en Bas) propriétaire du restaurant Le train bleu à Paris. Il leur achetait des briques mélangées et des rigottes. Suite à sa séparation en 2004, elle marque une pause avec le monde agricole jusqu’en 2012. Le retour à ses racines et la volonté de produire un fromage de qualité ont été les moteurs au redémarrage de son activité. Cette fois, Catherine n’a pas de bêtes et se fournit en lait chez un agriculteur de St-Bonnet-le-Courreau en lait BIO. Elle utilise également de la présure et des ferments sans OGM, du sel gris de Noirmoutier et affine ses fourmes pendant 2 à 3 mois en caves naturelles sur Sauvain. De nombreux essais seront réalisés pour enfin arriver à la fourme « parfaite » version Catherine. Elle obtiendra l’appellation d’origine contrôlée fin 2012 et désormais commercialise des fourmes avec l’appellation de Montbrison. Privilégiant la qualité du produit à la quantité, Catherine commercialise 4 tonnes de fourmes par an.

Fromagerie la Griotte - Sauvain (4)

UNE FOURME INDISSOCIABLE DES HAUTES CHAUMES

PAH Hautes Chaumes

Jasserie sur la commune de Sauvain, CP PAH du Forez

Catherine a une grande reconnaissance du travail des vachères d’autrefois et cela se ressent dans ses paroles. Ce qui lui tient à cœur, c’est de produire une fourme avec du lait de qualité et de se rapprocher au mieux de la fourme des vachères d’autrefois, jadis fabriquée en jasseries. Un moment fort pour elle, c’est le jour où ses enfants lui ont dit « on a l’impression de manger la même fourme que celle de papy ». Les jasseries sont des fermes d’altitude, utilisées de mai à octobre et habitées durant cette période par les femmes, leurs enfants et le bétail. Les hommes eux restaient au village, dans leur ferme affairés aux travaux des champs. Les femmes et les enfants « montaient à la jasserie », les vaches profitaient des belles pâtures d’altitude et produisaient un lait de très bonne qualité, très riche. Ce lait était transformé sur place en fromages qui par la suite étaient revendus sur les marchés locaux et en particulier, celui de Montbrison. Au fil des années, ce délicieux et authentique fromage nommé fourme (un dérivé de « forme » nom donné au moule) devient la fourme de Montbrison.

Et si vous n’avez pas l’occasion de monter à Sauvain?

Sur les marchés locaux de Boën, le jeudi matin

Montbrison : le samedi matin

St Etienne (place Albert Thomas) : le vendredi après-midi

A la Biocoop de St Etienne

Au magasin « de la ferme au quartier » à St Etienne

Au magasin « au Terroir » à St Etienne

Et pour les gourmands, vous pourrez déguster sa fourme au restaurant de Jacques Marcon à St-Bonnet-le-Froid.

Le plus !

Pour tout connaitre de la fabrication de la fourme en jasseries, ne manquez nos visites guidées du musée de la fourme et des traditions situé à Sauvain. 1h30 d’immersion dans la vie des ancêtres Foréziens ! La fourme de Montbrison version jasseries n’aura plus de secrets pour vous …

Inscrivez-vous dès à présent…

Idée rando :

Comme vous l’aurez compris, qui dit Fourme de Montbrison dit Hautes Chaumes … Une randonnée est balisée depuis le hameau la Rivière à Sauvain. Cette boucle de 11km vous permet de découvrir la cascade de Chorsin, la source d’eau ferrugineuse de la Fontfort et de découvrir les Hautes Chaumes ! Vous passerez à proximité d’anciennes jasseries et pourrez admirer Pierre-sur-Haute (point culminant du département).

Pour contacter Catherine :

04 77 76 84 67 / 06 36 94 87 44

fromagerielagriotte@orange.fr

Accès à son atelier de fabrication/magasin :

Fromagerie la Griotte

Les Aubépines

42 990 SAUVAIN

Son atelier est siganlé à partir du village de Sauvain (face au restaurant).

Catherine vous accueille au magasin les lundis et mercredis matin de 8h à 12h, et les samedis et dimanches de 15h à 18h (ou sur rendez-vous le reste du temps).